laine

Filer à l’anglaise

DSC08602

 

Tricoter, c’est une chose.

 

Renouer avec le passe-temps de nos mamies, offrir des cadeaux maison, tout ça nous paraît maintenant fort normal, et les blagounettes de vos amis devant vos projets tricots se font devant plus en plus rares !

 

Mais filer ? Faire sa propre laine ? Non, là nous sommes d’accord, c’est être un peu taré.

 

Et pourtant… Pourtant ça faisait quelques temps que l’idée faisait son bout de chemin dans ma tête, d’autant que j’ai pu voir sur le Net d’autres tricoteuses d’adonner à cette étrange pratique (voir en bas de l’article pour un peu de lecture).

 

Une session chez Fibreworks plus tard, je repartais avec un fuseau et des rubans pour m’entraîner. Hé bien je suis catégorique : le filage, une fois qu’on commence à prendre le coup de main, c’est plutôt addictif.

 

Je pense déjà rouet, c’est vous dire (je ne suis pourtant pas du genre à hâter une histoire d’amour) !

 

Mais puisque des images parleront plus que des mots, voilà quelques photos de mon tout premier essai, réalisé à partir d’un panaché de toisons brutes et variées.

Je vous l’accorde, l’effet est plutôt Larzac-style

 

DSC08599

Quel bel échantillon de pull "Le père Noël est une ordure"

Quel bel échantillon de pull « Le père Noël est une ordure »

 

Mais petit à petit, le forgeron qui forge tout ça :

 

 

Echevette réalisée à partir d'un ruban de mérinos peigné

Echevette réalisée à partir d’un ruban de mérinos peigné

 

Echantillon tricoté gros à partir d'un petit filage de Wensleydale, une laine de mouton aux propriétés très proches de l'angora (longues fibres brillantes et douces)

Echantillon tricoté gros à partir d’un petit filage de Wensleydale, une laine de mouton aux propriétés très proches de l’angora (longues fibres brillantes et douces)

Bon alors en revanche, gros problème : filer sa laine, c’est aussi augmenter son stock (oups !).

Le bon point (ouf), c’est que comme je pratique le feutrage  l’aiguille, les fournitures de laine sont double-emploi !

 

 

REFERENCES ET LECTURES

Shopping

Vous vous en doutez peut-être, mais le filage est (encore !) un marché de niche, qui n’a pas vraiment sa place dans les boutiques en dur, même à Paris.

Direction l’Internet fantastique pour s’équiper. Les deux sites de référence en France sont Alysse-Créations et la boutique Tricotin (qui héberge également un sous-forum sur le filage). Pour acheter fibres, rouets, fuseaux, teintures, cardes etc.

Pour des beaux fuseaux, mon tuyau c’est Etsy (où on trouve aussi de belles fibres), vous en trouverez de magnifiques fait main sur simple recherche.

Et puis ebay relaie aussi quelques articles liés au filage, y compris des rouets d’occasion.

 

Les blogueuses et le filage

Tricote-moi un mouton, pour voir un beau châle du filage au tricotage

Still Vauriens, qui vous parle du filage d’une fibre originale, les poils de son chien des Pyrénées

Claire des Bruyères, un blog très complet sur les arts de la laine !

 

Ca vous intéresse le filage ou vous considérez que vous avez bien assez à faire avec vos projets tricot/crochet ?

J’ai testé la teinture alimentaire pour laine

J’ai un tricot fini à vous montrer (Hallelujah) mais avant je voulais vous parler de mes petites expérimentations du week-end.

 

teinture

 

 

Ces derniers temps, je me penche pas mal sur tous les aspects de la laine pré-tricot (histoire que ce blog porte bien son nom) : cela implique la teinture, le cardage et bien sûr le filage, dont j’aurai l’occasion de vous reparler très vite !

 

J’ai d’abord regardé du côté de la teinture : après tout, la couleur d’une pelote/écheveau est un élément déterminant quand on se retrouve lâché dans une boutique de laine, qu’on soit plutôt attiré par le pastel, néon, fini châtoyant ou multicolore…

Pour un premier essai, je voulais commencer mollo et endommager le moins possible mon labo (= ma cuisine) et mon porte-monnaie.

Renseignements pris ici et là, j’ai vu qu’il existait un produit magique pour teindre laines et textiles : le Kool Aid.

 

 

 

 

 

 

 

DSC08584

 

Pour contextualiser, le Kool Aid c’est un peu le cousin du disparu Tang : une poudre à diluer dans l’eau pour concocter un breuvage hautement coloré, hautement chimique, hautement aromatisé (MAIS pas sucré, il existe une version présucrée mais elle ne fonctionne pas pour la teinture).

 

Les propriétés de cette poudre sont des pigments intenses et une forte concentration en acide citrique (la même que dans les fruits, pas de panique !) qui rend facultatif l’ajout de vinaigre ou autre mordant pour la réalisation d’une teinture…

Bref, du Kool Aid et c’est tout. Idéal pour faire ça avec des enfants ou si vous avez comme moi deux mains gauches palmées !

 

La marche à suivre est elle aussi très simple si vous respectez quelques principes de base : la teinture ne prend que sur des fibres animales (pas de lin/coton, pas de synthétique), tout se fait sous forme d’écheveau et non de pelote, on peut tout fait faire chauffer de la laine à forte température, ce qui fait feutrer la fibre c’est le choc thermique, donc attention aux variations de température de votre eau !

 

Pour le reste :

1. Nettoyer brièvement votre écheveau dans de l’eau à température ambiante avec un peu de produit vaisselle ou de shampooing à laine

2. Pendant que la laine trempe, préparez votre mixture eau tiède-Kool Aid (ou vos mixtures si vous voulez partir comme moi sur un dégradé de couleurs), vous trouverez des nuanciers sur le Net mais vous pouvez aussi improviser ! Mon erreur a été de mettre un paquet orange avec un paquet de jaune pensant obtenir un jaune foncé, mais en réalité le coloris orange prend le dessus (dommage, ce n’est pas vraiment ma couleur).

DSC08589

(Le jaune en arrière plan a été obtenu avec du curcuma – et du vinaigre d’alcool pour fixer) – je l’ai utilisé pour une pelote marron/blanc/jaune

 

Mettez vos casseroles à chauffer sur les plaques à feux moyens, en vous assurant que la teinture prenne partout. Le liquide doit être porté quasiment à ébullition. Laissez reposer et surveillez : vous verrez que votre eau devient progressivement claire (à gauche de la photo).

Quand toute la teinture a été absorbé et que l’eau est à température ambiante, rincez et faites sécher !

Il n’y a plus qu’à mettre en pelotes et à tricoter !

 

 

DSC08592

 

Vous pouvez retrouver plus de photos sur la page Facebook du blog (elle existe, autant qu’elle serve), avec mes prochains essais teinture !

Il existe beaucoup de techniques et de possibilités. Si vous êtes intéressé, je vous renvoie à ce tuto en Français sur le site In the Loop ! Et pour vous montrer l’ampleur du phénomène, rendez-vous sur le groupe Ravelry What a Kool Way to Dye !

 

Je crois que vous pouvez vous lancer… Ah non, j’oubliais ! Difficile de trouver du Kool Aid dans des boutiques françaises, à part dans des épiceries américaines, mais on le trouve en ligne et, si vous devez traverser la Manche bientôt, il est en vente dans les Tesco !

 

N’hésitez pas à poser vos questions et à partager vos expériences de teinture !

Tricoter à Amsterdam

Bonjour, bonjour – ou plutôt Hallo devrais-je dire, en souvenir du week-end que je viens juste de passer à Amsterdam avec mon amoureux.

Les temps forts de ce merveilleux interlude hollandais figureront dans un prochain article, mais pour l’heure je voulais rédiger un billet à l’intention des tricoteuses qui voudraient mettre le cap sur cette capitale.

 

DSC08494

 

Je précise que ça a déjà été fait, et de manière bien plus exhaustive que ce que je m’apprête à rédiger, donc pour l’annexe tricot du Routard, vous pouvez jeter un œil à cet article du blog Evelyne Spirou.

 

Il y a deux boutiques de laine à Amsterdam, je n’en ai visité qu’une, Penelope Craft, située dans une très belle rue, tranquille et ombragée (Kerstraat 117), à deux pas du Rijks – parfait pour se faire plaisir après une excursion culturelle.

 

DSC08495

La boutique propose une grande gamme de superbes laines, des plus locales (j’y reviens tout de suite) au plus superstars (Madelintosh, Cascade). Le tout dans cette déco qui caractérise les jolies boutiques de laines indé, très épurée, un brin scandinave, peuplée de beaux plaids et autres amigurumis mignons.

Mention spéciale à la petite pancarte qui précise « Unattented partners will get a beer and free WiFi » – mais Mister Republic a eu trop peur de pénétrer cette antre de la laine et a attendu gentiment dehors le temps que je fasse mon casse !

 

Dans mon panier, il y avait donc :

– Deux écheveaux de laine teints à la main Loret Karman, des produits locaux hollandais ! Malheureusement, je n’ai pas pu mettre la main sur sa petite série de Dutch Palette, des écheveaux teintés d’après des toiles de grands maîtres hollandais.

J’ai choisi des couleurs unisexe, avec peut-être une écharpe en vue qui servirait à l’homme et moi pour nous rappeler le séjour !

DSC08524

 

– Et le petit craquage qui va bien, un écheveau de soie tweedée BC Garn, une marque danoise cette fois que je n’avais jamais rencontrée au cours de mes emplettes tricotesques !

DSC08525

C’est également dans cette boutique que se déroule un tricothé le jeudi !

L’autre boutique s’appelle De Afstap, je n’y ai donc pas été mais j’ai lu qu’elle proposait les laines Loret Karman en plus d’une grosse sélection de fils Rowan. Elle est située à deux pas du joli quartier Jordaan.

 

…Comment ça c’est pas de la laine qu’il faut rapporter d’Amsterdam !?