Autres projets tricots

Twister la robe à mémé

avantapres

 

Quand j’ai vu cette robe (à gauche) dans une de mes friperies préférées à Oxford (Reign Wear pour ne pas la citer), je n’ai pas su résister.

 

Et puis, le coup de tête passé, j’ai enfin aperçu la longueur incertaine, la ceinture blanche en plastique toute fine et pas pratique, et surtout, surtout, le haut type petite chemise de pensionnaire, avec combo col claudine et manches longues.

 

Restait que l’étoffe me plaisait bien, que c’était une plissée-soleil (que les magazines de mode ont eu le génie de remettre à la mode il y a quoi, deux ans ?) et qu’elle avais des pois !! Alors j’ai lancé une menue opération de sauvetage pour redonner un coup de jeune à cette robe.

 

Le problème, c’est que moi et à la couture… C’est pas la cata, mais c’est pas l’amour fou non plus, la preuve avec ce petit mème que j’ai concocté il y a quelques jours :

 

 

 

 

sewing

 

Pour faire vite, n’ayant pas sous la main les petites souris de Cendrillon, j’ai dû compter sur ma fidèle Jacqueline, une Janome Green qui fait très bien son boulot, quoique pas mal au chômage technique depuis que je suis en Angleterre.

 

Après quelques sueurs froides, j’ai considérablement raccourci la robe pour une longueur genou, raboté les manches pour leur rajouter un biais rouge et les froncer (trèèès) légèrement et surtout, surtout, j’ai viré la ceinture affreuse, fait des passants plus gros à partir des chutes de tissu et j’ai cousu une ceinture rouge à partir d’une cotonnade Eurodif (le malheur des Parisiens que de ne parfois seulement pas connaître le mot Eurodif !).

 

Le résultat est loin d’être nickel, mais au moins ma robe est bien plus portable et, joie, assortie à mes Chie Mihara rouges improbables, comme tout droit sorties d’un Almodovar –  décrochées à la baïonette lors d’une enchère ebay.

 

Alors que demander de plus ? Une photo portée ? Alors, attention, ce qui va suivre a une très haute teneur en sexisme désuet, âmes modernes s’abstenir :

 

DSC08468

Comme dirait Eric Zemmour « C’est pas ma faute, c’est la robe ».

DIY Simone (the) Peg

(Le titre de cet article arrive tout juste à point pour remporter le prix du meilleur jeu de mot du mois de mars)

simone

 

Aujourd’hui je vous montre un petit essai créa très sympa et rapide à faire, la poupée pince à linge.

 

C’est quelque chose que j’avais vu fleurir sur Pinterest :

 

 

Vous le sentez le petit souffle vintage ? Pour information, si peg veut dire pince à linge en anglais britannique, les peg dolls sont à l’origine des poupées en bois de la fin du XIXe siècle.

Pour faire des poupées de ce type, foncez sur ebay où vous trouverez votre bonheur en tapant « wooden vintage pegs ». Vous pourrez même en sauver quelques unes pour ajouter une touche désuette et nostalgique à la déco de votre cuisine ou de votre salle de bain.

 

Lien ebay (UK)

Un coup de peinture, et le tour est joué (le tout est d’éviter l’effet creepy pour le visage, façon sourire de Joker). Pour la mienne, j’ai juste fait un pompom grâce à mes petits cercles spécialement conçus à cet effet pour en faire une petite ballerine (ou une danseuse du Moulin Rouge), mais j’aime assez les version avec du tissu !

 

Et ça peut être un bon plan pour occuper des enfants (mais dans ce cas-là, ne pas être trop regardant sur l’expression faciale de la poupée).

 

DSC08405

Rendez-vous sur Hellocoton !

Récit de ma première fois !

Et si je vous racontais ma première fois ? Ma première fois à tricoter de la dentelle voyons ! Forte de cette première expérience, je me dois de partager avec vous quelques règles élémentaires :

DSC08330

1)

Choisissez d’abord un partenaire qui vous plaît, inutile de se forcer ! Mon choix s’est porté sur le Haruni d’Emily Ross – il a tout pour séduire : il est beau, il est gratuit, et il est polyglotte ! Vous pouvez retrouver sa version française ici-même. Il est en outre cultivé (Haruni veut dire grand-mère en langue elfique, enseignant cette année là où Tolkien a étudié et enseigné je ne pouvais pas résister).

DSC08332

2)

Protégez-vous ! C’est encore le meilleur moyen de se sentir en confiance et d’éviter l’accident. Vous rencontrerez suffisamment de problèmes et de doutes en route ! Alors, investissez dans de la qualité, j’ai nommé un compte-rangs de compétition et des marque-mailles suffisamment fins et nombreux pour vous repérer dans les répétitions de motifs ! Les miens sont de la marque Hiya Hiya.

De manière générale, privilégiez la qualité, c’est pas le moment de taper dans de la camelotte : j’ai choisi une belle laine (1 écheveau de Malabrigo Lace coloris Sotobosque, 100% merinos qui déchire), et des bonnes aiguilles n°3 circulaires en bois Hiya Hiya.

– Vous n’êtes de toutes façons pas à l’abri du carnage (dans mon cas le rabattage des mailles a été folklorique, ça m’apprendra à vouloir improviser de nouvelles positions).

3)

Faites ça chez vous ! On a beau aimer le piquant et l’originalité, la première fois demande trop de concentration pour être parasitée par des éléments extérieurs. Oubliez dans un premier temps les groupes tricot et autres sessions en plein air pour un châle dentelle !

4)
Exhibez-vous ! La première fois est source de fierté, et c’est bien normal ! Alors une fois le boulot fait, n’hésitez pas à promener votre nouveau compagnon un peu partout – c’est ce que j’ai fait en ce beau dimanche ensoleillé à Oxford, alors je vous propose un peu de tricotourisme !

DSC08335

DSC08339

DSC08345

Le cadeau de pendaison de crémaillère : un cintre en tricotin

DSC08291

Pour les pendaisons de crémaillère, j’offre souvent un mug (pas beauf, je le jure). Mais pas cette fois ! – et bien m’en a pris car certains placards de la maison avaient l’air de crouler sous les mugs, menaçant de tomber et d’engloutir le premier malheureux à la gueule de bois voulant se faire un café.

Les cintres en tricotin, c’est la à fois très classique mais aussi très rigolo. Et surtout ça prend trente minutes à peine, pompoms inclus. Armez-vous vous juste d’un tricotin à manivelle, de cintres pressing (en fil simple) et d’une pince pour défaire les tortillons. Tricotinez un tube un plus long que la longueur du cintre, défaites la bête et enfilez le tube ! Normalement, un tube de tricotin ça glisse pas très bien, mais en commençant par le crochet ça va beaucoup mieux (on peut tirer et glisser en même temps très facilement).

Pour la touche, rigolote, j’ai ajouté une paire de pompons qui ne manqueront pas de conférer une touche certaine de virilité au cadeau.

Avant, je faisais mes pompoms en enroulant ma laine autour de mes deux doigts ou de ma main, mais je dois dire que ces petites bêbêtes :

me rendent la vie plus douce et font vraiment de belles boules ! C’est l’alternative idéale en termes de temps et de résultat entre le pompom fauché (fourchette/main) et la méthode de centre aéré avec les disques de carton.

DSC08293

DSC08295

DIY Un headband en or massif (ou presque)

headband

Je vous disais il y a tout juste un post que j’a-do-rais les laines dorées, métallisées bref avec un fini « précieux », et si elles peuvent avoir de la soie dedans c’est encore mieux (je ne porte pas de bijoux alors il faut bien que je me rattrape).

Il y a quelques mois en flânant chez Lil Weasel, j’ai embarqué une pelote de Grace by Louisa Harding (soie et laine), couleur or, au toucher très proche de la Soyeuse de la Droguerie. J’ai pour ainsi dire cédé à l’impulsion dite de l’écureil (ou du raton-laveur, ou de la pie) d’embarquer des belles petites choses pour les stocker.

Mais qu’allais-je faire d’une malheureuse pelote ?

J’ai finalement opté pour un bandeau, noir et or. J’adore cette association, ça m’évoque le XVIe siècle, le faste de La Reine Margot de Chéreau ou les tapisseries des Châteaux de la Loire près de chez mes parents.

Pour ajouter une complexité technique, j’ai fait une tresse bicolore : le principe est le même que pour des torsades normales, mais des mailles de deux couleurs.

Je vous montre ?

Le headband de princesse au tricot

Monter 20 mailles sur des aiguilles 4 de laine noire.

R1

4m.env, 12 m. end. , 4 m.env.

R2 et rangs pairs

tout à l’endroit (NB monter vos fils contrastants dorés dès le 2e rang : 4m. noires, *2 mailles dorées, 2 mailles noires* 3 fois, 4 mailles noires, et tricotez désormais les couleurs comme elles se présentent).

R.3

4 m.end. T8G (mettez 4 mailles sur une aiguilles à torsade derrière l’ouvrage et tricotez les 4 mailles suivantes à l’endroit, puis tricotez les 4 mailles de l’aiguille auxiliaire), 4 m.end. , 4 m.env.

R5 et R7 idem R1

R9

4 m.env, 4 m. endroit, T8D (torsade vers la droite, avec aiguille auxiliaire devant l’ouvrage), 4m.env.

R11

idem R1

R12

Idem R2

Répétez jusqu’à la longueur désirée pour un bandeau à votre taille et joignez les deux extrémités. Ha oui, et à un moment je me suis lassée de ma tresse alors j’ai juste fini en point mousse, légèrement froncé pour faire le devant du bandeau. J’ai fait quatre mailles lisières de chaque côté en jersey, du coup j’ai dû crocheter en mailles serrées avec mon fil doré autour pour éviter que ça ne roulotte trop.

On peut très bien zapper ces mailles, le headband est plus fin mais c’est une vraie tresse (et on peut augmenter facilement la taille de la tresse en ajoutant plus de mailles), ou bien on peut faire des mailles lisières au point mousse.

Vu la longueur hésitante de ma tignasse ces derniers temps, je préfère porter un bandeau quand j’ai les cheveux attachés (et ça protège les oreilles du froid).

Quatruple 26-02-14 à 22.20 #6

Quatruple 26-02-14 à 22.33

Last but not least de cette série de photographies :

DSC08288

Article 243 – alinéa 3 du Code de la Republic of Wool : tout headband est essentiellement un snood pour doudous !

A bon entendeur et bon tricot !

Rendez-vous sur Hellocoton !

*A Toy for my Valentine*

DSC08196

M. Republic a une grande qualité quand on parle de calendrier. Son anniversaire tombe à peu près en même temps que la Saint-Valentin – du coup il est très facile pour moi de me planquer derrière le jour de sa naissance pour ricaner des gens qui accorderaint trop d’importance à cette fête trop commerciale !

Cette fois, j’ai pris les aiguilles pour lui fabriquer un petit quelque chose ! Je voulais une idée en rapport avec les chats, j’étais même partie sur un cosy mug félin, mais entre nous il n’en a pas vraiment l’utilité au quotidien et mon cadeau aurait été vite oublié dans un tiroir ou une poche de manteau.

Alors je me suis lancée dans quelque chose de purement non-utilitaire, j’ai tricoté une petite poupée.

Peut-être certains arpenteurs de Ravelry reconnaissent-il le design de cette petite pitchoune-chat : il s’agit en effet d’une création de Tatyana Korobkova au sein de sa série de « Tanoshi Toys », qui décline cette petite poupée de bien des façons :

(c) Tatyana Korobkova (source Ravelry)

Alors quand j’ai vu ce petit chaton perdu dans cet univers onirique ma foi très poétique, ni une ni deux j’ai déboursé les quatre euros nécessaires à sa fabrication (le patron est payant et en anglais).

Il faut dire que je bave déjà sur plein d’amigurumi (ces petites peluches en crochet), mais je dois dire que je n’aime jamais le rendu sur des personnages humanoïdes, je trouve la maille simple un peu trop visible et grossière. Là, c’est parfait, du jersey bien lisse !

Voyons quelques avantages de ces petits Tanoshy Toys :

DSC08165

a) C’est quand même très choupi !

b) C’est accessible à un niveau débutant ! Sisi ! La seule condition est d’apprendre à manier des aiguilles doubles-pointes, de surcroît assez fine, car toutes les parties sont tricotées en rond. Il faut toujours un projet derrière l’apprentissage de nouvelles techniques, celui-là vous motivera peut-être.

c) C’est un excellent projet pour écouler ses restes de laines ; la poupée ne mesurant qu’une dizaine de centimètre. La seule couleur qu’il faut vraiment avoir de la bonne teinte à mon avis, c’est celle de la peau : ni trop rosée, ni trop blanche, plutôt quelque chose de beige/vanille. A part ça, un chat peut être blanc, noir, roux, rayé ! Idem pour les cheveux de la petiote !

d) Le patron est je crois une bonne première prise en main pour faire un jouet, et offre bien des perspectives de customisation !

Je n’ai fait que des modifications cosmétiques par rapport au modèle de base, j’ai notamment laissé tombé le petit bidou blanc pour lui faire un corps rayé, et j’ai légèrement modifié les longueurs de bras/queue/intérieur d’oreilles. Et je lui ai fait une petite écharpe en feutrine !DSC08168 D’ailleurs je pense que quand on sait crocheter on peut se passer de faire le moindre détail au tricot doubles-pointes (monter six mailles sur 3 DPN, c’est un peu sportif), un petit crochet fait aisément l’affaire.

On peut lui laisser sa pure fonction décorative, mais je me vois bien en faire de nouvelles versions en accessoire de sac, ou en y cousant un petit pochon !

En tout cas ça m’a vraiment lancée sur la création de poupée au tricot, j’adore. En bonus DVD, une photo du making-of :

DSC08160

(Pour ceux qui se demanderaient : oui elle a du blush ! Et pour celles qui se demanderaient : ma crèmerie en la matière c’est M.A.C.)

Vous tricotez quoi pour la fête des amoureux ?

EDIT de Saint-Valentin (!) La pitchoune fait partie du Knit-Along (KAL) organisé par le Panda tricoteur, sur le thème « Dans mes bras » autour des amigurumis. N’hésitez pas à aller voir ses créations.

L’article sur le KAL montre une belle variété d’amigurumis plus mignons les uns que les autres.

Un bonnet de super-héros, ou presque (# tuto – intarsia cabling)

Je reviens avec un bonnet, encore un, et toujours pour offrir !

C’est un bonnet pour un fan de comics, mais je ne me sentais pas vraiment de réaliser un bonnet avec gros logo bariolé et siglé – on se lasse facilement, c’est plus compliqué pour draguer, bref, les inconvénients me paraissaient nombreux.

DSC08131

Alors, à défaut d’un bonnet de super-héros, j’ai fait un bonnet qui suggérait plus ou moins cet univers (du moins sa face vintage), notamment dans le choix des couleurs. Et oui, le jaune et le rouge, c’est Flash, Iron-man, et surtout côté femmes, Wonder Woman ! Le gris rappelle aussi les combis Lycra d’un autre âge, comme celles de Batman avant que son costume ne se fasse armure dernier cri.

Et puis surtout, il y a ces torsades contrastantes me direz-vous ! Elles ont été très amusantes à faire, et permettent de rendre un tricot un peu monotone (aka un bonnet côtes + jersey gris) en projet plus stimulant.

Alors, comment fait-on ? Il suffit de maîtriser le jacquard et les torsades.

# Explications torsades contrastantes

– Si vous voulez rester sur une torsade « classique » (trois mailles mises en attente et croisées avec trois mailles), il vous faut simplement mettre six mailles dans une couleur différente du reste de votre tricot, et faire votre torsade sur six mailles tranquillement, en prenant soin de toujours garder vos six mailles contrastantes tout du long.

Vous pouvez observer que ce n’est pas ce que j’ai fait, j’ai simplement mis trois mailles à chaque fois d’une couleur différente. Dans ce cas-là, c’est à vous de déplacer et balader votre torsade au gré de vos envie !

Par exemple :

Si je prends mes trois mailles rouges (torsade de droite sur le bonnet), et que les mets en attente sur le devant de l’ouvrage, la torsade se déplace à gauche, plus ou moins violemment selon le nombre de mailles grises avec lesquelles on la croise.

Si je prends mes trois mailles rouges et que je les mets en attente derrière l’ouvrage, alors la torsade rouge se retrouve logiquement en-dessous de la partie grise et va continuer sa route vers la droite.

Pour avoir la torsade qui repart vers la droite sans être croisée avec la partie grise, il faut mettre en attente les mailles grises avant la torsade contrastante derrière l’ouvrage, et croiser avec les mailles rouges !

Et pour le reste, on tricote toujours le rouge avec du fil rouge et le gris avec du fil gris !

J’espère que c’est à peu près clair, dites-moi si vous voulez essayer mais que vous ne comprenez rien aux explications.

Pour ma part, je compte bien répéter l’expérience, je trouve que ça rend bien sur des tricots de couleur claire.

* Bonnet simple pour homme ou femme*

La laine utilisée pour le bonnet est du merinos de chez Lang (un peu plus de deux pelotes).

Tricotée avec des aiguilles 4 pour les côtes et 4,5 pour le corps du bonnet (fil tricoté en double).

J’ai monté 110 mailles et j’ai tricoté assez longtemps avant les diminutions pour avoir un modèle bien tombant/slouch.

Photo du 30-01-14 à 12.02

Tada- un bonnet de presque super-héros avec des torsades colorées !

Et si vous n’êtes pas convaincus par mes torsades veineuses et vadrouillantes, voici un modèle sur Ravelry qui adopte la torsade colorée de manière plus conventionnelle :

Here and there, by Veera Valimaki.

***

I knitted another hat, another (birthday) gift, a few days ago!

The hat is for a comics fan, but I did not really feel like knitting an actual super hero hat with a gaudy logo,  he might have grown tired of it and let’s face it, it might be a tricky accessory when it comes to chatting up a nice girl.

So I did not exactly knit a super hero hat, rather a super hero-inspired hat, with colours that suggest the vintage universe of comics, as yellow and red are the signature colours of the Flash, Iron-man and Wonder-Woman (let’s not forget girls). The light grey reminded me of the Spandex Batman costume, when he had not yet decided to wear serious, armour-like stuff.

And then come the intarsia cabling! They were quite fun to knit and made a rather dull project (stockinette stitch hat) into a motivating knit!

Making intarsia cabling only requires intarsia and cabling skills (!). So how do you do it?

– If you want to make  classic cable on six stitches (C3B/F) then you just have to knit six stiches in a different colour and then do your cabling as usual.

That is not what I did however, I chose only to knit three stiches in a different colour to create « random cabling ».

For instance, if I take the three red stitches from the above hat, and do C3F with them, then the cabling will go to the left.

If I put these three stitches and to C3B with them, then the red cable goes to the right but under the grey part of the hat.

If I want the red cable to go to the right on top of the grey part, then I have to C3B with grey stitches that come before the red stiches.

Apart from that it is pretty simple, the red stitches are always knitted with the red yarn and the grey with grey yarn.

Just let me know if you want to try it but find that my explanations don’t make any sense. Personnally, I will do it again, I think it looks cool on light, neutral colours.

The hat itself is knitted with Lang superwash merinos (a little more than two balls), I casted on 110 stitches with 4mm needles for the ribbing, then I switched to 4,5mm and doubled up the yarn. I knitted in stockinette stich for a while before starting the decreases to have a slouch hat.

If you are not totally convinced by my vein-like, wandering cables, here is a Ravelry pattern by Veera Valimaki that used intarsia cabling in a more conventional way!

Un classique parmi les classiques (Trendy Châle mini)

Une petite pause dans les réalisations « Tricotons avec le Septième art » avec un projet que je voulais faire depuis longtemps, et qui, joie, est complètement accessibles aux débutant(e)s et autres néophytes de la pelote : le Trendy Châle de Melle Sophie.

DSC07970

Le pitch ? Un bête triangle au point mousse, commencé à trois mailles et augmenté d’une maille à chaque rang jusqu’à ce que mort s’en heu jusqu’à ce que pelote se tricote !

Seul problème : j’ai eu beau tout essayer, avoir embarqué mon châle de groupe tricot en groupe tricot, avoir d’autres en-cours plus techniques, continuer mes rangs sur fond de podcast France Culture, rien n’y a fait, au bout d’un moment tout ce point mousse m’a ennuyée, l’impatience faisant le reste, je me retrouve avec une version mini et, loin des gros Trendy dodus qu’on peut voir sur le Net.

Il y a quelques jours, j’ai trouvé la parade sur un autre blog : le faire à l’envers pardi ! On monte 200 mailles (pfiou) et on tricote les deux pénultièmes mailles ensemble à la fin de chaque rang ! Autant dire que voir l’ouvrage diminuer progressivement est bien plus motivant.

Autres conseils :

– Pour contrer l’aspect brut voire un peu roots du point mousse sans fioriture, on peut miser sur de la belle came (alpaga, mohair, angora). Le mien est tricoté avec la laine Lace de Malabrigo (coloris butter) et la Angel de Debbie Bliss (soie/mohair) couleur émeraude, tricotées à l’aiguille 6 pour un point vraiment vaporeux. J’ame beaucoup le résultat chiné et j’opèrerai de même la prochaine fois.

– Pour ajouter une touche en plus : pompoms (c’est ce que j’ai fait, avec la méthode « autour de la main »), franges ou glands, c’est selon !

– A tricoter avec des aiguilles circulaires à long câble pour en faire un ouvrage nomade, sinon c’est galère.

DSC08034

Le mien est donc un peu petit, mais je l’aime quand même et il est tout doux et chaud ! Et vous, vous en êtes venus à bout du Trendy Châle ?