Mois: janvier 2014

A bit of social knitting – Tricoter à Oxford#2

(English version below)

Je continue mon tour des tricothés d’Oxford pour cette fois présenter ce qui est plutôt un tricobière ; jugez plutôt, le groupe s’appelle The Drunken Knit Wits.

Tous les mercredis soirs, ce groupe se retrouve dans un pub différent, ce qui est vraiment chouette pour pouvoir faire le tour des pubs de la ville. L’inconvénient, c’est que certains pubs sont un peu loin de chez moi, et la flemme du mercredi soir prend souvent le dessus. De plus, si la moyenne d’âge est globalement plus jeune que celle de mon goupe habituel, il y a beaucoup moins de stabilité dans le groupe, vu que l’emplacement change souvent. C’est moins local.

Mais j’ai fait une exception ce mercredi, et pour cause : a) le pub (Saint James Tavern) est à dix minutes à pied de ma maisonnée, b) tous les derniers mercredis du mois, le pub abrite un concert de musique folklorique galicienne, de quoi enchaîner les rangs et les torsades au rythme du son celtique.

(Je m’excuse ardamment pour la qualité des photos, mon appareil est vraiment nul quand il s’agit d’immortaliser des scènes dans la pénombre… Je sais c’est pas bien d’accuser la technologie – vous pouvez cliquer pour les afficher en plus grand).

DSC08112

Superbe couverture torsadée tricotée par une collègue entre deux pintes.

Superbe couverture torsadée tricotée par une collègue entre deux pintes.

DSC08099DSC08096To resume my presentation of Oxford Knitting Groups, let me introduce the Drunken Knit Wits, which as you may guess quite deserves its name.

Every Wednesay evening, the group meets in a different pub, which is a very nice way to discover the pubs of the city. The only thing is some of the pubs are quite far from my home, and most of the time I am just too lazy and tired to go (considering that I already go to the Fibreworks evening sessions on Tuesday). And even if the average Drunken knitter is younger than at my usual group, there is also quite a lot of turnover and new faces (which is fine, but then it feels less like an actual group) – it is not as local  as the Cowley Rd knitting group.

However, I made an exception last Wednesday, first because the pub (the Saint James Tavern) is only ten-minute walk from my home, and then because on every last Wednesday of the month, the place holds Galician folk music sessions which really makes it a cool setting to knit and cable knit away with Celtic rhythms.

(I really apologize for the crappy quality of the pictures, my camera is really bad when it comes to taking pictures in a dim light… I know I should not blame technology but anyway, you can click on the pictures for bigger versions).

Publicités

Un classique parmi les classiques (Trendy Châle mini)

Une petite pause dans les réalisations « Tricotons avec le Septième art » avec un projet que je voulais faire depuis longtemps, et qui, joie, est complètement accessibles aux débutant(e)s et autres néophytes de la pelote : le Trendy Châle de Melle Sophie.

DSC07970

Le pitch ? Un bête triangle au point mousse, commencé à trois mailles et augmenté d’une maille à chaque rang jusqu’à ce que mort s’en heu jusqu’à ce que pelote se tricote !

Seul problème : j’ai eu beau tout essayer, avoir embarqué mon châle de groupe tricot en groupe tricot, avoir d’autres en-cours plus techniques, continuer mes rangs sur fond de podcast France Culture, rien n’y a fait, au bout d’un moment tout ce point mousse m’a ennuyée, l’impatience faisant le reste, je me retrouve avec une version mini et, loin des gros Trendy dodus qu’on peut voir sur le Net.

Il y a quelques jours, j’ai trouvé la parade sur un autre blog : le faire à l’envers pardi ! On monte 200 mailles (pfiou) et on tricote les deux pénultièmes mailles ensemble à la fin de chaque rang ! Autant dire que voir l’ouvrage diminuer progressivement est bien plus motivant.

Autres conseils :

– Pour contrer l’aspect brut voire un peu roots du point mousse sans fioriture, on peut miser sur de la belle came (alpaga, mohair, angora). Le mien est tricoté avec la laine Lace de Malabrigo (coloris butter) et la Angel de Debbie Bliss (soie/mohair) couleur émeraude, tricotées à l’aiguille 6 pour un point vraiment vaporeux. J’ame beaucoup le résultat chiné et j’opèrerai de même la prochaine fois.

– Pour ajouter une touche en plus : pompoms (c’est ce que j’ai fait, avec la méthode « autour de la main »), franges ou glands, c’est selon !

– A tricoter avec des aiguilles circulaires à long câble pour en faire un ouvrage nomade, sinon c’est galère.

DSC08034

Le mien est donc un peu petit, mais je l’aime quand même et il est tout doux et chaud ! Et vous, vous en êtes venus à bout du Trendy Châle ?

A bit of social knitting – Tricoter à Oxford#1

La jolie ville universitaire qui m’a gentiment accueillie pour cette année a le bon goût d’être très active côté tricot : pas moins de quatre groupes (« tricothés ») dans la cité harrypotteresque. Comble du raffinement, les serial crocheteurs sont cordialement admis (les adeptes du point de croix, eux, se retrouvent embarqués dans des méandres administratifs que je préfère taire).

Mon lieu de débauche hebdomadaire est la boutique Fibreworks, tenue par l’adorable et talentueuse Natasha (Tash). Tous les mardis soirs, le thé coule à flots et les petits biscuits sont de la partie, agrémentant joliment les discussions de tout et de rien et les ébahissements ponctuels sur les projets en-cours ou achevés. Torsades, aiguilles doubles-pointes, tricot dentelle ou gigachunky, la diversité de ce qui se trouve sur les aiguilles est à l’image des participants, étudiants, lycéens, retraités et actifs, jeune maman ou grand-mère en pleine layette. Les effectifs sont parfois complétés d’éléments masculins, plutôt doués lorsqu’il s’agit de tricoter des peluches ou des accessoires pour leurs copines !

Le reste en images :

La boutique

La boutique

DSC07947

Notez les « tea cosy », très en vogue ici (je planche sur un prototype pour cafetière)

DSC07950

Prochaine étape, le tricot avec tringles de rideaux

DSC07946

Commande réalisée par Tash : Pennywise ou Ca

DSC07954

cactus

A suivre, un projet juste fini, et idéal aussi bien pour les débutantes que pour  tricoter en blablas, justement.

Spider-Man made in Creuse (bonnet Gwen Stacy)

EDIT DU 09 AVRIL 2014

 

J’ai traduit ce modèle, disponible gratuitement. Pour plus d’informations, c’est par ici.

 

 

On continue dans la lancée « Tricotons avec les mauvais films » !

bonn

Figurez-vous qu’un autre accessoire de blockbuster a déchaîné une vague de tricot – cette fois, on quitte les vampires pour les super-héros (ou plutôt leurs copines).

Par acquit de conscience, cette fois, je m’y suis collée et ai donc regardé le Spider-Man nouveau signé Marc Webb (il y en a qui couchent pour réussir, d’autres se contentent d’avoir le nom qui va bien), sobrement intitulé The Amazing Spider-Man.

Rien de très Amazing là-dedans, il faut l’admettre, mais enfin ça se regarde paresseusement (en fait non, c’est plutôt débile la plupart du temps).

Et surtout, tout à coup :

On arrête les machines, un bonnet vient sauver toute l’affaire :

Eh oui, un petit bonnet mignon, fait de nopes (autrement appelées bouboules), de motifs ajourés et de petites torsades ! Merci Emma, euh Gwen Stacy, vraiment !

Le modèle est gratuit, mais nécessite de tenir les aiguilles dans la langue de Shakespeare.

DSC07697

DSC07831

* * Le script **

J’ai utilisé deux pelotes laine Gueret de Fonty (100% Made in Creuse)(d’où le titre), tricotées avec des aiguilles no 4 pour les côtés, puis 4,5 pour le reste du bonnet, en doublant le fil. C’est une laine de baby merinos, donc douce et chaude et qui passe en machine. Elle était un peu rêche au tricotage à cause du traitement sans doute (je l’avais déjà tricoté sans noter ce souci), mais après un petit bain de blocage, la chose est toute douce !

J’ai fait une bordure au crochet pour qu’il se tienne mieux, et si c’était à refaire, je monterais moins de mailles.

Car je compte bien le refaire pour moi, celui-ci c’est un cadeau, alors il va prendre le premier Zeppelin outre-Manche (bah oui, parce que Spider-Man il a beau faire le malin dans les gratte-ciels, pour traverser les mers il est aussi dépourvu que vous et moi) pour rejoindre sa destinataire parisienne, qui porte le bleu marine bien mieux que moi !

Et en bonus DVD, le méga combo navets :

combo

Autant de médiocrités cinématographiques réunie, ça mérite bien de se planquer, heureusement que le tricot sauve la mise !

Twilight qui ? (Moufles de Bella)

Sous nos latitudes, l’hiver se fait un peu désirer, y compris outre-Manche.

Mais il est parfois bon d’être prévoyant, et c’est avec angoisse que je me suis aperçue il y a quelques semaines que je n’avais rien pour me couvrir les menottes en cas de grand frimas…nada, ni un bout de gant ou le début d’un manchon.

Pour remédier au problème, le choix fut vite fait grâce à un désormais classique de la blogosphère tricotante, j’ai nommé les Moufles de Bella.

Oui oui, Bella, comme Kirsten Stewart dans Twilight.

La preuve en images

Comment ! On parle de moi autrement pour dire que j’ai trompé Rob ou que je joue comme une savate ?!

Alors évidemment, c’est un peu triste de n’être resté dans les mémoires de quelques accros des aiguilles juste pour avoir porté une paire de moufles.

Mais que voulez-vous, autant j’avoue volontiers un faible pour la saga Harry Potter, autant des Twilight, je ne sais absolument rien (sinon d’avoir lu le premier tome que j’avais trouvé incroyablement mauvais).

En résumé, les moufles de Bella ne sont pas à la blogotricot ce que l’œuvre de Stephenie Meyer est à l’académie du Goncourt, il s’en faut de beaucoup, puisque des versions de ces moufles ont essaimé sur le Net (le modèle est gratuit – traduit en français par Knitspirit et très simple si on maîtrise les torsades et l’usage d’aiguilles circulaires en magic loop).

J’ai fait les miennes avec la laine Baby Alpaca Chunky de chez Cascade, coloris Azur Heather. Elles sont incroyablement douces et chaudes.

bella

Parmi les personnes ayant tricoté le modèle, certaines ont considérablement raccourci les poignets (alors que je trouve que tout l’intérêt réside dans le fait d’éviter le léger courant glacial du poignet souvent accidentellement dénudé).

D’autres ont opté pour la version mitaines, mais personnellement je n’aime pas du tout du tout les mitaines, même les modèles avec rabats.

Je préfère encore tout faire comme un manchot à deux mains gauches avec mes moufles.

Photos trouvées sur Pinterest

Bienvenue en République tricotesque (communiqué officiel)

Autant le dire d’emblée : niveau Constitution et organisation gouvernementale, je ne suis pas encore vraiment au point, l’anarchie étant chez moi plus un mode de vie et de rangement qu’une pensée politique.

En revanche, le Ministère de la Défense est bien pourvu : laines qui menacent de m’engloutir vivante, aiguilles et crochets rivalisant de taille et de grosseur, en métal, en bois, en plastique – l’arsenal est considérable et bien gardé !

b3aae2aca8fbc0802abc1ae77d20e78b